Quand le visa étudiant vous interroge sur votre budget…

24/06/2021
Quand le visa étudiant vous interroge sur votre budget... Notre analyse

Ça y est, c’est officiel, vous partez étudier en France et êtes maintenant dans la procédure de demande de visa, votre sésame pour réaliser vos études dans l’hexagone. Vous avez votre lettre d’admission de l’une des écoles FIGS Education en poche, cette lettre qui prouve que vous avez été choisi pour y étudier, retenu pour la cohérence de votre profil et de votre projet d’études.

Ceci est un point clé… mais ce n’est pas le seul. Pour obtenir votre visa étudiant pour la France, vous devrez également produire aux autorités d’autres documents et notamment apporter la preuve que vous disposez de ressources d’un montant mensuel minimum équivalent à 615 euros.

De quoi s’agit-il ?

En passant les différentes étapes de votre admission, vous avez nécessairement pris connaissance du coût des études dans votre école de destination. Mais une fois ces frais de scolarité financés, vous devrez encore vous loger, vous nourrir, vous déplacer, vous habiller… bref, vivre votre vie d’étudiant en France.

Bien entendu, cela a un coût. Et c’est précisément le coût minimum évalué par le gouvernement français que l’on retrouve dans les 615 euros mensuels demandés. En exigeant de votre part la disposition de cette somme pour chaque mois d’étude, le pays souhaite s’assurer que vous disposez de ressources suffisantes pour vivre sereinement votre vie d’étudiant(e) en France.

Comment faire la preuve de ces ressources minimum demandées ?

Vos différents interlocuteurs au sein de Campus France ou des services consulaires de votre pays de résidence vous guideront précisément sur ce sujet. Sachez qu’il existe différents moyens d’établir cette preuve comme par exemple la présentation d’une attestation de bourse, d’un document bancaire attestant d’un virement permanent ou irrévocable, ou encore d’une prise en charge partielle via la mise à disposition gracieuse d’un logement par un tiers… Ces différents moyens doivent répondre à un formalisme à suivre de manière impérative (exemple : montants exprimés en euros, documents officiels, durées précises…).

Peut-on vivre en France avec 615 euros par mois ?

Voilà une question délicate puisque à chaque situation personnelle correspond une réponse différente. Tout d’abord, d’une ville française à l’autre, le coût de la vie et notamment celui du logement, peut varier de manière significative. Par exemple, le budget moyen en matière de loyer étudiant à Paris était le double de celui de Nantes en 2020 (parc public uniquement, enquête UNEF 2020). Il en va de même pour le coût des transports en commun avec seulement 9 € par mois en 2020 à Toulouse contre jusqu’à 29 € par mois à Paris selon la même étude.

Par ailleurs, les habitudes et les choix de chacun peuvent également impacter fortement le budget mensuel étudiant. Partager un appartement et donc les charges et le loyer peut s’avérer moins coûteux que louer un studio étudiant individuel.

Ce qui compte donc c’est :

  1. De préparer son séjour en se renseignant sur le coût de la vie de la ville de destination. Il existe de nombreux sites web et études comme celle de l’UNEF qui mettent en évidence, par ville, les principaux postes budgétaires d’un étudiant (loyer, transport, alimentation, télécommunications, habillement / loisirs)
  2. Faire en sorte de disposer de ressources en adéquation avec le projet visé. Il n’existe pas de formule magique pour réduire le coût de la vie d’un lieu à une somme plus limitée que la réalité du marché. Par exemple, allouer 150 € au loyer d’un logement à proximité d’un campus, dans une ville où le logement est en tension est illusoire et risque de vous placer dans une situation délicate voire critique.

En prenant en compte toutes les dépenses du quotidien (en dehors de frais de scolarité), l’UNEF cible un budget étudiant mensuel moyen entre 900 et 1400 euros.

Alors quelles solutions pour alléger le poids du budget pendant vos études ?

En premier lieu, le fameux visa VLS-TS, visa long séjour valant titre de séjour étudiant vous autorise à travailler, dans la limite de 20 heures par semaine. De nombreux petits « jobs » étudiants vous permettront ainsi de compléter vos ressources. Sur les affichages des commerçants de votre quartier ou encore directement de votre campus d’études, vous trouverez souvent des petites annonces de personnes à la recherche d’aide. Pour trouver ces opportunités, jouez la carte de la proximité et rencontrer les professionnels (services ou commerces) de votre entourage.

Même si Huggy-les-bons-tuyaux n’est pas disponible, sachez que de nombreux étudiants, internationaux ou non, sont comme vous, en quête de solutions pour financer plus facilement leurs études. Il existe de nombreux « bons plans » impossibles à répertorier ici mais qui pourront vous faire économiser des petites sommes qui bout à bout, vous faciliteront la vie. Par exemple, acheter ses fruits et légumes au marché est souvent bien mois cher qu’au supermarché. Par ailleurs, des initiatives, souvent très locales et dont le nombre a explosé en raison de la crise sanitaire du COVID, viennent aussi directement en aide aux étudiants pour les soutenir dans l’alimentation, l’équipement, l’achat de produits du quotidien… Par exemple, à Lyon, un Annuaire Alimentation et Précarité Etudiante a récemment vu le jour et recense sur la métropole, toutes les initiatives de ce genre.

Enfin, il existe des bourses spécifiques, accessibles aux étudiants notamment internationaux, qui peuvent vous aider à financer votre logement, financer votre scolarité, etc. Des critères d’éligibilité spécifiques s’appliquent. N’hésitez pas à chercher dans cette direction et à constituer des dossiers si vous pensez pouvoir en bénéficier. Une simple recherche web sur les mots clés bourse étudiant et France vous permettra rapidement d’identifier les possibilités à regarder de plus près.

Nous rejoindre sur Instagram Nous rejoindre sur Facebook